Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En avant , toute - Page 2

  • Olveiroa

    Olveiroa

    Aujourd'hui encore, La Galice n'a pas failli à sa réputation , vous faire connaître plusieurs saisons dans la même journée .

    Nous quittons Negreira sous la pluie, genre pluie de demie saison, qui mouille mais pas trop, bref, qui ne vous empêche pas de partir, avec votre cape sur le dos.
    Au bout de deux heures, elle se lasse et fait place à un temps nuageux, qui au fil des heures devient plus chaud. On finit par ranger sa cape, voire à retirer son dernier polaire.
    Cela se passe bien, puis sans crier gare, le ciel devient tout gris, mais gris foncé.
    La prudence vous recommande de sortir la polaire du sac, car la température, sous l'effet du vent , vient de chuter notablement.
    À peine le temps de réaliser ces opérations que des bourrasques de vent et de pluie s'abattent sur nous.
    Comme nous sommes dans une allée bordée d'arbres , je m'inquiète de la chute éventuelle de branches.
    Tout ceci dure dix minutes, et progressivement, les choses rentrent dans l'ordre, seuls les bas de pantalons et les chaussures garderont le souvenir de cette très belle averse.
    Ce petit déluge fait bien sortir les escargots, mais aussi vadrouiller les salamandres.
    Je n'en avais jamais vu de vivante, voici la deuxième en moins d'une semaine. Celle ci traversant une route un peu fréquentée , je me suis permis de la pousser un peu vers le bas côté qu'elle ambitionnait d'atteindre, avant qu'un véhicule ne lui fasse un sort.

    Cette étape se déroule dans un espace vallonné et vert où l'élevage à toute sa place.
    Les horreos sont très nombreux, ce qui souligne que la culture des céréales devait être plus importante qu'aujourd'hui, où on ne voit plus que des prairies.

    Nous nous arrêtons pour passer la nuit dans un établissement privé, spécialement conçu pour le type de voyageurs que nous sommes. Quelques chambres , huit, et des dortoirs pour ceux à qui cela convient. Le tout adossé à un restaurant -bar qui travaille en fonction des contraintes de ses clients , dîner à partir de 19 h et petit déjeuner à compter de 6h30. Cela parle toutes les langues possibles y compris le personnel. Cela tourne fort.
    Il va pleuvoir toute la nuit, annonce les augures.
    Pierre

  • Negreira

    Negreira

    Donc nous offrons un petit supplément de randonnée pour aller jusqu'à la plage.
    Il s'agit d'un petit tour de 110 kms , qui nous aidera à parfaire notre connaissance de cette partie de l'Espagne et de La Galice en particulier.
    Très vite , ce matin , nous fûmes dans la campagne.
    Tout d'abord, laissez moi vous parlez des forêts d'eucalyptus. Cette odeur très agréable , après avoir fréquenté assidument les zones d'élevage porcin, donne une impression de parfumerie ou de confiserie . De plus la couleur vert bleuté des jeunes feuilles évoque quelque chose de frais , alors que les feuilles plus anciennes sont d'un vert plus sombre. Enfin , les troncs connaissent une sorte de desquamation, l'écorce tombée à terre faisant penser à des bâtons de cannelle géants . Le tout sur des fûts droits comme des I et d'une hauteur vertigineuse.
    Autre curiosité botanique et environnementale , les déchets végétaux . Ils sont forcément d'une façon ou d'une autre le reflet de ce que vous cultivez ou de ce qui vient sans que vous teniez plus que cela. Donc étonnant pour un homme du nord de voir sur un tas de déchets végétaux une dizaine de kilos de citrons, fruits excédentaires d'un verger des environs.
    Et pour les gourmands, nous venons de récolter nos premières fraises des bois, qui avaient forcément un goût extraordinaire.
    À part tout ceci , que dire du chemin que nous empruntons. Qu'il le prolongement vers la mer de tous les autres chemins , et que même si 90% des randonneurs pèlerins ont regagné leurs pénates , les 10% restants, font pas mal de monde.
    Pierre

  • Santiago 2

    Santiago 2

    Dans la mesure où , comme le pense Evelyne, nous faisions relâche , nous avons limaçoné dans la ville, comme des bons touristes que nous sommes redevenus.
    Le cœur historique est débarrassé des voitures et cela permet de déambuler en toute quiétude dans les ruelles.
    Qui peut prétendre venir ici , et ne pas consacrer un bon moment à la cathédrale . On est évidement assez loin d'un lieu de recueillement tant le brouhaha est intense et un haut parleur invité régulièrement les visiteurs à un peu de retenue. Sans grand succès , car il faudrait au minimum traduire cette requête en au moins une dizaine de langues.
    Je suis retourné voir la statue de Saint Jacques qui se trouve dans l'aile gauche de la cathédrale , et qui démontre pour moi, le côté humain de l'Eglise. En effet cette statue représente St Jacques Matamoros , matamore , c'est à dire en traduction littérale donne, St Jacques tueur de maures. Ce qui aujourd'hui passerait un peu mal, mais la statue avec St Jacques marchant sur sol sol jonché de têtes de maires existe bel et bien dans la cathédrale . Donc pour cacher ce sol, le pied de la statue est masqué par une grosse gerbe de fleurs. C'était déjà le cas lorsque nous sommes venus la première fois .
    Ceci dit La Croix de Santiago , prête elle même le flanc à la critique, car elle représente soit un poignard soit une épée , ce qui par les temps qui courent.....
    Nous ne sommes pas allés dans la crypte, car beaucoup de gens ignorent qu,il y'a au moins des triplés. C'est à peu près ce que l'on peut déduire des tous les ossements réunis ayant sensément appartenu à St jacques. (Statistique à peu près applicable à tous les grands saints)
    Nous regardons les gens passer et leurs construisons des histoires , nous nous apitoyons sur ceux qui terminent en claudicant , ou ceux qui semblent avoir des sacs incroyablement lourds.
    Nous nous sentons bien, car nous prîmes trois vrais repas, ce que nous n'avions pas fait depuis longtemps .
    La journée se termine et nous rentrons tranquillement vers notre hôtel et chose incroyable , au sortir d'une petite ruelle , nous tombons nez à nez , une nouvelle fois sur Harold et Francesca , les pèlerins cyclistes néerlandais ,qui cherchaient un restaurant .
    Ils venaient d'arriver à Santiago. Nous en repartons demain en direction de la mer.
    Nous nous sommes donnés rendez vous à Muxia, une petite ville sur la côte.

    Pierre