Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En avant , toute - Page 5

  • Aldeanueva

    Aldeanueva del Camino

    Hier , je vous laissais avec l'espoir de nous voir tirer une langue longue comme ça, avec une étape de 41 kms.
    Finalement nous avons obtenu une réduction de 3kms, mais en échange nous avons tout de même essayé de ne pas faire trop de pauses l'après midi, ce qui rend les fins d'étapes interminables.
    À mi parcours nous sommes passés sous l'arc de Caparra. C'est l'un des restes d'une ville romaine et cet arc à une caractéristique rare, c'est un tetrapylum. C'est sous cet arc que se croisaient les deux axes importants de la ville , le cardo ( nord/sud) et le decumanus ( est/ouest) .
    Même si l'Espagne a connu depuis les romains pas mal d'invasions, il est remarquable de pouvoir voir ce type de construction encore aujourd'hui. Le reste de la cité , est malheureusement moins bien conservé.
    La plus grande partie de la journée s'est passée à randonner dans des propriétés privées qui permettent le passage, et il convient de bien refermer la barrière pour éviter l'errance des animaux. Ce qui vous laisse entendre que nous ne traversons aucun village et les rares propriétés que nous apercevons ne font rien pour attirer les gueux.
    Souvent , depuis notre entrée en Extremadure, nous progressons sur une voie pécuaire. Mais sommes nous légitime à y être ? Nous amis répondrons que partout nous sommes à notre place et nos détracteurs trouveront que nous sommes là parfaitement à notre place.

    Nous pique-niquons, et chose rarissime pour nous, quatre randonneurs débouchent à la sortie d'une propriété. Nous étions prêts à repartir, juste remettre nos sacs sur les épaules et serrer les sangles. Le dernier des quatre avait déjà vingt mètres d'avance.
    Nous les avons devant nous, et ce sont de très bons marcheurs, trois hommes et une femme.
    Cette portion de chemin pouvait se faire sur la route ou sur un chemin totalement parallèle et chacun choisit en fonction de son tempérament.
    Le premier s'éloigne inexorablement, et donc se forme un groupe de trois plus nous deux.
    Ce n'était pas une compétition , mais il n'y avait pas de place pour la plaisanterie.
    Nous avions un avantage, nous venions de faire un arrêt et de déjeuner. La femme et son mari s'arrêtèrent.
    Mais être en tête , oblige aussi à faire la route et ici ce n'est pas un vain mot. Le balisage est très aléatoire et parfois il faut faire appel à un sixième sens.
    Nous faisons ainsi une quinzaine de kms , les uns rattrapant les autres et réciproquement , ce qui fait avancer plus vite.
    Et c'est ainsi que se présenta devant Aldeanueva.
    Pierre

  • Carcaboso

    Carcaboso

    Nous étions partis pour une petite étape de 29 kms, mais nous avons changer d'avis et sommes arrivés dans ce petit pays. (36 kms )
    Et ceci pour nous faciliter l'étape de demain qui était complexe à gérer .
    Nous cheminâmes par monts et par vaux et à travers, entre autres, des forêts de chênes liége, qui nous offrirent des lumières de petit matin superbes.
    À un moment, des informations douteuses de notre guide , nous firent hésiter. Elles indiquaient que les barrières que nous ouvrons dix fois par jours , l'une d'entre elle avait été définitivement fermée par un propriétaire lassé du manque d'attention de certains randonneurs à refermer les dites barrières.
    Une route alternative nous était proposée . Fallait il la prendre? Ce tracé , comme les autres représente des intérêts commerciaux forts et chacun y va de son intox pour détourner le chemin à son profit.
    À cet instant nous naviguions avec un jeune homme équipé d'un smartphone. Il n'était pas du tout informé de cette éventuelle modification de parcours.
    Pour notre part nous décidons de tenter de passer par l'ancien chemin dont le balisage nous paraissait très récent. Lui cherche encore des infos sur Internet. (En réalité nous l'avons retrouvé à l'étape )
    Nous n'avons trouvé aucune barrière infranchissable et seule la restriction ,relative au passage à gué ,restait valable. Mais compte tenu de la sécheresse dans la région, le petit rio était totalement à sec!!
    Nous passons par un village appelé Galisteo que je vous conseille de découvrir grâce à votre explorateur internet. Là nous nous ravitaillons car nous allons rentrer dans des zones aux ressources touristiques et commerciales extrêmement réduites , ce qui par ailleurs nous conduit à téléphoner vingt quatre à quarante huit à l'avance pour nous assurer un hébergement ....
    Après 11 kms de bitume en plein soleil et en apercevant la neige sur quelques sommets devant nous, nous arrivons Carcaboso où nous sommes accueillis à l'albergue de Snra Helena.
    Avec comme objectif premier : récupérer pour être frais comme des gardons pour notre balade de demain qui devrait faire 41 kms.
    Pierre

  • Canaveral

    Canaveral
    Non, nous ne faisons pas un tour par la Floride et je ne sais pas quelle liaison il y a entre le cap et notre petite bourgade. Je sais que les espagnols ont tenu cette partie de l'Amerique, mais dehors de cela...cela fera un petit exercice pour notre experte Google.
    Ce fut une belle étape puisque nous avons fait 43 kms dans la journée .
    Certes les paysages furent un peu monotones , un grand plateau saigné entre autre par le passage du Tage qui comme vous le savez tous termine sa course à Lisbonne.
    Il nous a fallu 9 h45 pour joindre les deux bouts , arrêts compris , ce qui ne semble une performance que vous pouvez applaudir...
    Ceci dit nous n'avons rencontré que très peu de randonneur sur cette étape , mais il est vrai que les guides la faisait commencer 10 kms plus loin que notre propre point de départ.
    Nous sommes rentrés dans une région sensiblement plus aride et austère que celles traversées jusqu'à ce jour.
    De loin en loin , nous pouvions voir des bergeries , mais des bergers aucun.
    Des villages pas plus. C'est le fait de ne pouvoir trouver aucun hébergement qui oblige à des étapes très longues.
    À cela s'ajoute cette semaine Sainte, qui conduit les commerçants à fermer en début d'après midi (14 h) heure à laquelle nous sommes en pleine pampa.
    Ce qui fait qu'aujourd'hui , pas moyen d'acheter du ravitaillement pour l'étape de demain et nous risquons fort d'arriver trop tard à l'étape pour le ravitaillement du lendemain. Gros efforts sans un minimum d'alimentation, on ne peut pas aller très loin.
    Les points de ralliement étant peu nombreux dans ces villages ont fait vite connaissance avec d'autres pèlerins randonneurs et l'on échange infos et tuyaux. C'est ainsi que nous avons fait là connaissance de quatre hauts savoyards. Gens des plus sympathiques , mais leur progression étant moins rapide que la notre , nous risquons de ne plus les revoir .
    Pierre