Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En avant , toute - Page 7

  • Borgo Hermana

    Pontalto, Borgo Hermada.

    Là encore pas facile de nous localiser, 5 kms au nord ouest de Terracina.

    Hier soir je vous disais qu’un bel orage jouait sa partition au dessus de nos têtes . Ce matin le ciel était limpide et agréablement frais à 6h50.
    Quinze minutes plus tard nous tracions la route.
    Je ne sais pas trop ce que nous réserve la vois Appia pour l’avenir , mais je vais tout de suite vous dire ce que nous avons eu au menu d’aujourd’hui .
    La SS7 s’offre un ligne droite de 43 kilomètres dont 37 pour ce jour à travers les marais pontins. En traversant les Landes nous pensions qu’une ligne droite de quinze kms, s’était déjà pas mal, mais là.
    Attention quand je dis ligne droite , je ne parle pas d’une ligne qui des dix kms aurait une petite inflexion à droite ou à gauche, non droite de chez droite, interrompue par quelques carrefours et par de rares feux tricolores , appelés ici semaforo.
    En clair on en voie jamais la fin , sauf à la fin.
    Mais tout ceci ne serait que broutilles et billevesées, si quelques marcheurs un peu têtus avaient décidé de parcourir la voie Appia.

    Bien conscient de me répéter, nous sommes effrayés par la circulation et le mode de conduite des automobilistes locaux

    Les initiateurs du renouveau de la voie suggèrent des petites astuces pour éviter d’avoir à marcher sur la route elle même, mais cela est totalement artificiel et et très peu utilisé. Donc très enherbé à en empêcher le passage et donc vous revenez sur la route .
    Imaginez cette zone comme une grande sole, la SS7 comme l’arête centrale, les quelques routes qui en partent perpendiculairement ne forme pas véritablement un réseau . Il convient d’avoir en tête les canaux qui structurent aussi le marais.
    Solution : marcher le long de la route en faisant particulièrement attention aux aiguilles de pins tombées au sol qui forme un tapis glissant.
    Parfois il était possible de marcher derrière les barrières de sécurité qui pouvaient m’arriver à la taille , mais quand cette progression n’était plus possible, nous escaladions ces barrières pour passer de l’autre côté.

    Un petit village construit à l’époque de l’aménagement hydraulique du marais permet un ravitaillement succinct, mais bien venu.
    Quand vous vous offrez une étape de près de 40 kilomètres le troisième jour,
    au bout de 32/33 vous commencez à tirer la langue.
    Et là le danger devient plus grand encore car la lucidité diminue et la sûreté du pied également.
    Notre hébergement étant hors parcours avant de nous engager , nous appelons les tenanciers, encore une fois un agroturismo. La femme m’explique le chemin qu’il faut encore parcourir et m’annonce par la même occasion qu’elle ne fait pas le dîner, mais il semble avoir une solution alternative.

    Nous partons pour les trois derniers km et au bout du premier km parcouru un véhicule nous fait des appels de phares, s’arrête. Le propriétaire était venu nous chercher. Et nous sommes grimper sans vergogne à bord.

    Arrives à bon port, chez des francophiles nous avons très vite parler du décès de Belmondo, un peu italien bien sûr , des autres vedettes disparues ces derniers temps.
    Nos hôtes ont pu aller récemment à Arcachon qu’ils ont beaucoup aimé et tutti quanti....

  • Très tabernae

    Tres tabernae

    Sauf si vous avez une carte au 25000e ou l’équivalent vous aurez peut être du mal à noUs localiser ( 6/7 kms au sud de Cisterna de Latina) . Cela correspond à un carrefour et nous logeons à 2 kms à l’est !!!

    Nous quittons notre palazzo , palazzo un peu décati il est vrai , après avoir pris ce que la maison appelle un breakfast : un croissant heureusement nappé de sucre et un café certainement préparé avec un compte gouttes.
    Chanceux comme nous sommes ,le garçon à bien voulu mettre les comptes financiers de son employeur en grand danger en nous apportant , après une supplique de notre part , un petit, un tout petit pichet , issu probablement d’une dînette, d’eau chaude afin d’atteindre, dans des tasses elles même minuscules, le volume d’un espresso .

    Le temps est superbe et nous croisons sur notre route de superbes propriétés que l’on entrevoie à travers les frondaisons de parcs très bien entretenus ou au contraire plutôt à l’abandon conférant à ces ensembles un côté romantique.

    Très vite nous arrivons dans une ville appelée Arricia qui se compose de trois parties séparées entre elles par deux ravins incroyablement profonds .
    Ces parties sont reliées par deux ponts dont l’un est très spectaculaire et qui avait dû tenter plus d’un désespéré si l’on considère les protections installées.
    Si votre humeur est plus joyeuse vous pouvez de ce point de vue , en regardant vers l’Ouest,distinguer distinctement la mer qui doit être à une quinzaine de kms.
    La via Appia antica reprend sa liberté et nous emmène dans la campagne et nous laissons la SS7 aux camions et autres engins motorisés.

    Comme nous quittons déjà les monts albains , nous devons traverser plusieurs petits ruisseaux qui ne sont en service que pour des eaux de ruissellement, ce qui n’est pas le cas en ce moment. La traversée se fait selon différents modes, il y des ponts asphaltés, des ponts en bois, des passages à gué et enfin des passages dans ce qui doit être marécageux une partie de l’année .

    Nous rencontrons de nombreux figuiers et la plus part nous offrent leurs fruits mûrs à point , un vrai délice . Nous avons même pu déguster des tomates, qui comme la chèvre de monsieur Seguin, s’étaient aventurées en des espaces peu sûrs pour elles, mais très accessibles pour nous.
    Le monde antique finit toujours par se fracasser sur la modernité et nous reprenons notre cheminement le long de la SS7, ce qui , vous vous en doutez , brise , momentanément le charme de la randonnée.

    Ce soir nous nous arrêtons dans un Agroturismo. Producteur de kiwis. Au téléphone la,propriétaire m’avait prévenu qu’elle n’assurerait pas le diner. Un restaurant était à proximité. Une fois sur place elle me confirme l’info, mais voit bien nous sommes à pied et que nous avons fait une belle étape.
    Elle téléphone au restaurant en question, qui par chance est fermé.
    Je dis par chance , car 1.5 aller, c’est 3 kms au total à ajouter au reste, je veux dire à ce qui a déjà été parcouru.
    Sans lui laisser le temps d’imaginer une solution alternative à l’extérieur de l’exploitation, je lui dit qu’un plat de pâtes et de la sauce tomate fera notre bonheur, il lui difficile de dire non à des clients aussi peu exigeants.

    Pendant que je rédige cette chronique un bel orage éclate . Nous verrons demain quels effets cela aura sur le sol et sur la température....

    Réponse à la question nicotine : facile c’est en mémoire de jean Nicot.
    Le tabac fut appelé pendant un temps « herbe à Nicot » et aussi petun.
    Mais également « herbe à la reine « ou catherinaire. En honneur de Catherine de Médicis

  • Albano laziale

    Albano Laziale

    Quitter Rome au soleil levant est particulièrement agréable , la température y est encore douce et les rues, sinon désertes , tout du moins émergent de la torpeur de la nuit . Quelques fêtards rentrent bien fatigués et croisent les touristes les plus dynamiques et les travailleurs, cafetiers, policiers et personnels de ménage entre en scène . A certains égards cela rappelle une une chanson qui évoque Paris à cinq heures. Mais seule Rome peut offrir ses magnifiques pins parasols qui pour moi, sont sa signature.

    Nous avions fixé le départ un dimanche car il était écrit partout que le dimanche la partie urbaine de la via Appia était sans circulation automobile le jour du Seigneur. Mais ce que nous n’avons pas lu, c’est que cette exclusivité piétonne débutait à 9 h, seulement et que nous nous sommes présentés vers les 8h. Mais en fin de compte la circulation était très mesurée , et même si les italiens ont un peu de difficulté à comprendre ce que signifie une limitation de vitesse...nous arrivâmes après quelques kilomètres au point où la Via Appia antica est pavée des basolatos.
    Il s’agit des pierres de basalte qui pavent la via Appia. Mais ces pierres ne sont pas jointives ni régulières ni même franchement plates. Si une voiture ou une moto s’aventurent sur cette portion , le conducteur doit s’attendre à être passablement secoué. Les cyclistes et les piétons ont fini par créer sur les bas côtés deux petites pistes à peu près régulières.
    Toute cette zone forme un grand parc de part et d’autre de la voie où se mélangent de superbes propriétés, magnifiquement arborées , et des enclaves de monuments de l’époque romaine dans des états très variables.
    La qualité de l’environnement s’étiole au fur et à mesure que nous nous éloignons de Rome et à la fin , au bout de 15/16 kms , nous finissons cette partie à travers une campagne grillée par le soleil et la sécheresse et les ruines ne sont plus que des murs décharnés. Il ne reste plus que le cœur de la maçonnerie, l’enveloppe de pierres blanches ayant trouvées un usage alternatif. Le recyclage n’est pas une pratique nouvelle.
    Nous avons croisé sur cette portion de chemin nombre de joggers et de cyclistes.
    Nous sommes revenus dans la « civilisation «  et nous avons poursuivi notre progression le long de la SS7 (strada statale) où heureusement nous avons trouvé des trottoirs sur la presque totalité du reste à parcourir.

    Notre destination se trouve dans les monts albains, ce qui implique qu’il faille grimper un peu , 380 m d’altitude.
    A mi côte , nous n’avons pas pris la route de Castel Gondolfo , qui est le lieu de résidence estivale des papes.
    Notre hébergement étant de type b&b, nous nous sommes mis à la recherche d’un restaurant. Si l’idée nous était venue de ne prendre que des glaces , nous avions un choix incroyable de prestataires, mais pour un repas un peu plus équilibré le choix était mince.

    Pour répondre à un aimable commentateur à propos de notre consommation de sprizt, il trois choses qui piquent en Italie: les moustiques tigres, les frelons asiatiques et les ...restaurateurs. Le premier soir , bien évidemment nous voulons célébrer notre arrivée triomphale à Rome. Il était affiché à 3.50€. Il y avait écrit en petit à côté « take away « 
    Cela pouvait un volume réduit et cela nous convenait. Addition 8x2=16€
    L’eau gazeuse c’est pas mal non plus.

    Arrivée à 13h15 après 27 kms. Pour le rythme cela allait pour la distance peut être patienter encore quelques jours car après 13 h, il fait chaud....